» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - MECHANT

mécher (v. trans.)

1.(technique)désinfecter (un tonneau) en y faisant brûler une mèche soufrée.

2.(chirurgie)munir une plaie d'une mèche.

méchant (adj.)

1.qui manifeste de la malveillance à autrui. Méchant, agressif.

2.qui a des intentions mauvaises.

3.qui est corrompu, contraire à la morale.

4.qui blesse, offense, injurie.

   Publicidad ▼

definición (más)

definición de MECHANT (Littré)

definición de MECHANT (Wikipedia)

sinónimos - MECHANT

mécher (v. trans.)

soufrer

   Publicidad ▼

ver también - MECHANT

mécher (v.)

méchage

frases

diccionario analógico

mécher (v. tr.) [V+comp]


 

mécher (v. tr.) [technique]


 

mécher (v. tr.) [chirurgie]






ignoble[Similaire]

méchant (adj.)



cruel, inhumain[Similaire]

méchant (adj.)



impie[Similaire]

méchant (adj.)




méchant (adj.)



pire, subalterne[Similaire]

méchant (adj.)











Le Littré (1880)

MÉCHER [mé-ché]

Terme de marchand de vin. Mécher un tonneau, mécher du vin, les soufrer, avec une mèche soufrée, à laquelle on met le feu (voy.

MÈCHE, n° 4

.)

MÉCHANT, ANTE (adj.)[mé-chan, chan-t']

1. Qui ne vaut rien dans son genre (méchant étant le participe présent de l'ancien verbe méchoir).

Ce sont de méchants vers (RÉGNIER Sat. VIII)

Je vous donne Médée [tragédie], toute méchante qu'elle est, et ne vous dirai rien pour sa justification (CORN. Médée, à monsieur P. T. N. G.)

Voyez si c'est vous rendre un fort méchant office (CORN. Sophon. II, 3)

Mon fils, dit Joab, pourquoi voulez-vous courir ? vous serez le porteur d'une méchante nouvelle (SACI Bible, Rois, I, XVIII, 22)

Voilà, dit-il [Xanthus], la pâtisserie la plus méchante que j'ai jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière, car elle ne fera de sa vie rien qui vaille (LA FONT. Vie d'Ésope.)

Et vous, qui dédiez à messieurs les gens de finance De méchants livres bien payés (LA FONT. Fabl. VIII, 19)

Je les trouve méchants [les vers] (MOL. Mis. II, 7)

Mais peut-être, madame, que leur danse sera méchante. - Méchante ou non, il la faut voir (MOL. Am. magn. I, 6)

Je n'ai pas si méchant goût que vous avez pensé (MOL. ib. II, 1)

Il me donna les plus méchantes raisons du monde, que je pris pour bonnes (SÉV. 235)

Mme de Mekelbourg avait trop méchante réputation, pour la laisser auprès de Madame (LA FAYETTE Hist. d'H. d'Angl. Oeuv. compl. t. III, p. 153, dans POUGENS.)

Vous lisez tout, bon ou mauvais, et vous pensez que, dans les plus méchants livres, il y a toujours quelque chose dont on peut faire son profit (VOLT. Lett. d'Argental, 2 déc. 1761)

C'est une très méchante manière de raisonner, que de rejeter ce qu'on ne peut comprendre (CHATEAUBR. Génie, I, I, 3)

Aigles et cygnes, quoi qu'on fasse, Sont toujours de méchants ragoûts (BÉRANG. Miss. de Montrouge.)

Dans ce sens, méchant se met avant son substantif.

Il se dit des personnes dans la même acception et se met aussi avant son substantif.

Suppléez aux fautes qu'aura peut-être faites le méchant copiste (SCARR. Lett. Oeuv. t. I, p. 194)

Quand je vous mande de certaines choses.... je les apprends ou de M. le Premier.... ou de M. le grand maître, ou du fils de M. de la Rochefoucauld : ces auteurs-là ne sont pas méchants (SÉV. 21 août 1675)

Que je vous plains d'avoir eu un méchant prédicateur ! (SÉV. 27 mars 1671)

Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin Est toujours, quoi qu'il fasse, un méchant écrivain (BOILEAU Art p. I)

Laissant de Galien la science suspecte, De méchant médecin devint bon architecte (BOILEAU ib. IV)

Il se dit aussi des animaux en ce sens. Un méchant cheval. Une méchante monture.

2. Chétif, insuffisant, qui a peu de valeur, qui mérite peu de considération.

Pour un méchant soupir que tu m'as dérobé (CORN. Place Roy. IV, 5)

Flaminius y demeure en assez méchante posture, voyant réunir toute la famille royale, malgré les soins qu'il avait pris de la diviser (CORN. Ex. de Nicom.)

N'ayant qu'un méchant caleçon, Il avait méchante façon (SCARR. Virg. VI)

Vous voilà bien malade d'avoir un méchant rôle à jouer ! (MOL. Impromptu, 1)

Elle a toujours une très méchante santé (SÉV. 482)

Ce philosophe [Maxime de Madaure] était le favori de l'empereur Julien, et c'est ce qui lui fit une si méchante réputation parmi nous (VOLT. Dial. 23)

Il fuyait dans une méchante calèche (VOLT. Charles XII, 4)

Ma pauvreté est fière ; je n'ai qu'un méchant pourpoint, mais je n'y veux point de taches (DUCIS Lett. du 11 octobre 1813)

Avoir méchante mine, avoir l'air bas, ignoble.

Être de méchante humeur, être d'humeur chagrine.

3. Qui n'est pas sans danger, qui cause du mal.

Le ciel eut pour ces voeux une bonté cruelle ; Souvent sa complaisance a de méchants effets (LA FONT. Fabl. VII, 17)

Une méchante affaire, une affaire qui peut causer de graves embarras, et même une affaire qui peut mener devant la justice.

Méchante affaire pour monsieur Guillaume (BRUEYS Avoc. Pat. III, 7)

Je vous l'avais bien dit, mon mari, que vous vous attireriez quelque méchante affaire (VOLT. Socrate, III, 10)

Susciter une méchante affaire, à la bonne heure (BEAUMARCH. Barb. de Sév. II, 8)

4. Contraire à la probité, à la justice. Une méchante action.

Plus de trente archevêques et évêques, quelques-uns même de ceux que les jésuites croyaient le plus dans leur dépendance, foudroyèrent à l'envi et l'apologie et la méchante morale des casuistes (RAC. Hist. Port-Royal.)

Un de ces malheurs qui peuvent arriver à tous les hommes, et dont un méchant mouvement peut nous rendre capables (MASS. Carême, Injust.)

Mais à l'esprit méchant je ne vois point de gloire ; Si vous saviez combien cet esprit est aisé ! Combien il en faut peu, comme il est méprisé ! (GRESSET Méch. IV, 4)

5. Qui est porté à faire du mal, en parlant des personnes.

Et le surnom de bon me va-t-on reprochant, D'autant que je n'ai pas l'esprit d'être méchant (RÉGNIER Sat. III)

Et n'autorisez pas De plus méchants que vous à la [l'autorité] mettre plus bas (CORN. Nicom. II, 2)

Et je ne pense pas que Satan en personne Puisse être si méchant qu'une telle friponne (MOL. Éc. des mar. III, 10)

Non, rien de plus méchant n'est sorti de l'enfer (MOL. Tart. IV, 6)

Sa femme [de Ch. de Sévigné] entre dans ses sentiments [de dévotion] ; je suis la plus méchante, mais pas assez pour être de contre-bande (SÉV. 27 déc. 1684)

Aussi disait-il qu'il y avait peu de différence entre un juge méchant et un juge ignorant (FLÉCH. Lamoign.)

Dans un méchant homme il n'y a pas de quoi faire un grand homme (LA BRUY. XII)

Le cardinal de Richelieu, tyran quand on lui résistait, et méchant parce qu'il avait des méchants à combattre (VOLT. Suppl. au siècle de Louis XIV, 3e part.)

Vous m'allez dire que je deviens bien hardi et un peu méchant sur mes vieux jours ; méchant ! non, je deviens Minos, je juge les pervers (VOLT. Lett. Mme d'Argental, 14 janv. 1761)

Cette prodigieuse multitude de maisons de charité prouve évidemment une vérité à laquelle on ne fait pas assez d'attention, c'est que l'homme n'est pas si méchant qu'on le dit (VOLT. Dict. phil. Charité.)

Une infinité de sots par nature se font méchants par air (SAURIN Moeurs du temps, sc. 1)

Méchante langue, homme ou femme qui se plaît à médire.

De méchantes mains, c'est-à-dire une personne méchante, ou des personnes méchantes.

Mon propre exemple et celui de tant de bourgeois qui se sont mal trouvés de pareilles alliances me faisaient craindre que ma nièce ne tombât en de méchantes mains (D'ALLAINVAL École des bourg. III, 1)

Avoir méchante physionomie, méchante mine, ou bien une physionomie méchante, la mine méchante, un caractère de physionomie méchant, avoir la physionomie, la mine d'un méchant homme.

6. Qui a fait quelque petite malice, ou qui est coupable de quelque petite négligence. Vous êtes bien méchant de m'avoir laissé si longtemps en peine, de m'avoir fait attendre si longtemps.

Qui lance des traits de raillerie.

Vous êtes toujours bien méchante quand vous parlez de Mme de la Fayette ; je lui ferai quelques légères amitiés de votre part (SÉV. 230)

Vous ne le disiez pas, vous êtes méchant (COLLIN D'HARLEV. Chât. en Esp. I, 2)

7. Enfant méchant, enfant opiniâtre, désobéissant, difficile à régir.

8. Méchant garçon, homme menaçant, bravache.

Enfonce ton bonnet en méchant garçon (MOL. Scap. I, 7)

Familièrement. Trouver plus méchant que soi, trouver plus fort, plus fier, plus puissant que soi.

Il ne sera pas si méchant qu'il l'a promis à son capitaine, c'est-à-dire il menace beaucoup, mais il n'osera mettre à exécution ses menaces.

Familièrement. Faire le méchant, s'emporter en menaces.

Si les Espagnols font les méchants (SÉV. 128)

....Merlin parlait à des marchands Qui, pour être payés, font un peu les méchants (DANCOURT Mme Artus, II, 4)

9. S. m. et f. Un méchant, une méchante, une personne de mauvais caractère, vicieuse.

Et que, juste une fois, il [Auguste] s'est privé d'appui, Perdant, pour régner seul, deux méchants [Lépide et Antoine] comme lui (CORN. Cinna, I, 3)

Allez, seigneur, allez Venger sur ces méchants tant de droits violés (CORN. M. de Pomp. IV, 5)

La méchante l'abuse aussi bien que Phocas (CORN. Héracl. IV, 4)

Il y a des méchants qui seraient moins dangereux s'ils n'avaient aucune bonté (LA ROCHEF. Max. 284)

Ce qu'on donne aux méchants toujours on le regrette (LA FONT. Fabl. II, 7)

Il faut faire aux méchants guerre continuelle (LA FONT. ib. III, 13)

Tenez entre eux divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là ; semez entre eux la guerre, Ou vous n'aurez avec eux nulle paix (LA FONT. ib. VII, 8)

L'or s'épure dans le même feu où la paille est consumée ; et sous les mêmes châtiments par lesquels les méchants sont exterminés, les fidèles se purifient (BOSSUET Hist. II, 9)

Il faisait connaître aux bons qu'il eût voulu les satisfaire sans leur donner la peine de solliciter, et aux méchants, qu'il eût voulu les corriger sans avoir le déplaisir de les punir (FLÉCH. Lamoignon.)

Au bonheur du méchant qu'une autre porte envie (RAC. Esth. II, 9)

La gloire des méchants en un moment s'éteint ; L'affreux tombeau pour jamais les dévore (RAC. ib. II, 9)

....Songez, méchants, songez, Que mes armes encor vous tiennent assiégés (RAC. Athalie, V, 5)

Les méchants sont hardis, trompeurs, empressés à s'insinuer et à plaire, adroits à dissimuler, prêts à tout faire contre l'honneur et la conscience pour contenter les passions de celui qui règne (FÉNEL. Tél. II)

Sachez que les méchants ne sont point des hommes incapables de faire le bien ; ils le font indifféremment de même que le mal, quand il peut servir à leur ambition (FÉNEL. ib. XIII)

Le plus grand ennemi du méchant, c'est celui qui lui ressemble (MARIV. Pays. parv. 1re part.)

La terre portera toujours des méchants détestables, les livres en exagéreront toujours le nombre, qui, bien que trop grand, est moindre qu'on ne l'a dit (VOLT. Dict. phil. Homme.)

Malgré tous les succès de l'esprit des méchants, Je sens qu'on en revient toujours aux bonnes gens (GRESSET Méchant, V, 10)

Sa définition du méchant me paraît sublime : le méchant de Hobbes est un enfant robuste (DIDEROT Opinion des anc. philos. (hobbisme).)

Les méchants par air sont aussi communs aujourd'hui que l'étaient autrefois les faux dévots (GENLIS Théât. d'éduc. le Méchant par air, II, 6)

REMARQUE

Le sens de méchant varie quelquefois, selon qu'il précède ou suit son substantif. Une méchante épigramme, de méchants vers, c'est une épigramme, des vers mal tournés ; une épigramme méchante, des vers méchants, c'est une épigramme, des vers où il y a de la malignité. Un méchant homme, c'est un homme pervers ; un homme méchant, un homme dont la langue est médisante. Avoir une méchante mine, c'est avoir l'air misérable et bas ; avoir une mine méchante, c'est avoir l'air méchant.

HISTORIQUE

XIVe s.Il seroit aucune foiz beneüré, et après autre foix maleureuz et mescheant (ORESME Eth. 23)Estre disposé en ceste maniere sans amiableté à soy meisme est une chose très mescheante et très nuisable (ORESME ib. 268)Cils chevaliers l'a pris ens ces prez là devant, Et le tient en prison en guise de meschant (Guesclin. 2266)Quant la meschant personne a bien beu et mengié et plus qu'elle ne doit (Ménagier, I, 3)

XVe s.Adonc y seras-tu plus meschant de ce que tu cuideras y estre plus heureux (ALAIN CHARTIER Curial. 394)Meschante parolle gettée va partout à la vollée (LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 346)Se ce meschant [son médecin] j'eusse cru ; Las ! je seroy mort tout roide ; Se seulement j'eusse beu Sa tisanne et son eau froide (BASSEL. XLVIII)En fin on trouva que ce n'estoit que tout abus [dans de prétendus miracles], et qu'elle estoit une meschante folle (JEAN DE TROYES Chron. 1460)Et affin qu'il n'eust cause de faire un meschant appoinctement pour peu d'argent (COMM. IV, 9)

XVIe s.Ils renvoyerent aux Phalisques leur meschant maistre d'eschole [qui avait livré aux Romains les enfants] (MONT. I, 24)Puys estudioyt quelque meschante demye heure (RAB. Garg. I, 21)Ilz luy baillarent, pour soy couvrir, une meschante sequenye (RAB. ib. I, 49)Ilz avoient de meschans petits chevaux, les premiers qu'ilz pouvoient trouver (AMYOT Philop. 11)Il devint le plus desloyal et le plus meschant des meschants (AMYOT Dion, 68)En bien faisant l'on guerroye le meschant (LEROUX DE LINCY Prov. t. II, p. 292)De meschant homme bon roy (COTGRAVE)De meschant hoste, bon reconduiseur (ID.)Bon bastard, c'est aventure ; meschant, c'est de nature (COTGRAVE)Sans estre poursuivi, le meschant prend la fuite (ID.)

ÉTYMOLOGIE

Picard, mécant ; wall. mèchant ; Berry, michant. L'ancienne forme est mescheant, du préfixe mes, et cheant, participe présent du verbe choir (voy. CHANCE). Meschant signifie proprement celui qui a mauvaise chance ; de là vient le sens de ne valant rien, chétif, insuffisant ; un pas de plus en s'éloignant du sens primitif conduit à l'acception de contraire à la probité en parlant des choses, et d'enclin à mal faire en parlant des personnes.

Wikipedia

Mecher

                   
Page d'aide sur l'homonymie Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Mecher peut désigner :

  • Mecher, une localité luxembourgeoise de la commune de Clervaux ;
  • Mecher, une localité luxembourgeoise de la commune du Lac de la Haute-Sûre.
   
               

Méchant

Un article de Wikipedia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Méchant (homonymie).

Dans certaines œuvres de fiction, un méchant est un personnage qui s'oppose au héros, héros que l'on appelle, par opposition, le gentil. En règle générale, le méchant incarne le Mal. Lorsque dans une œuvre la division des personnages se fait de manière assez nette entre les gentils et les méchants, il s'agit d'une acception manichéenne.

Dans cet article, on parle indifféremment de gentil et de héros. Cependant, dans une oeuvre non manichéenne, un héros peut ne pas être un paragon de vertu, il s'agit alors d'un anti-héros. Par exemple, le personnage principal du roman de science-fiction Nicolas Eymerich, inquisiteur (Valerio Evangelisti, 1998), est manipulateur, violent et dénué de remords, même s'il est persuadé d'œuvrer pour le bien. Cela vaut aussi pour le méchant : il n'est réellement méchant que du point de vue du gentil ; ceci est particulièrement visible dans les films de guerre par exemple, où le camp ennemi n'est pas celui du personnage principal.

De la même manière qu'il existe différents types de héros (des héros intègres, des anti-héros, des héros avec un caractère « méchant »...) il existe différents types de méchants dont le rôle est, entre autres, de mettre en valeur par contraste les actions du héros qui prennent leur sens dans un contexte de lutte et d'opposition.

Le méchant est bien souvent le moteur scénaristique de l'action. Sans lui le héros vit une vie paisible et ordonnée, insouciante ; le méchant perturbe cet équilibre, et c'est dans ce sens qu'il est le moteur de l'action. Ceci apparaît en particulier dans les comics américains, dans lesquels les super-héros affrontent des super-méchants, souvent récurrents et qui donnent une raison d'être au super-héros (Ceci est exploité dans le film Incassable où le gentil ne sait pas qu'il est un super-héros et sombre dans une déprime parce qu'il n'a pas de sens à sa vie. Il trouvera sa raison d'être grâce au méchant qui le révèlera à ses yeux et au monde entier. De façon équivalente, le méchant cherche désespérément ce gentil voulant être un méchant (par opposition au gentil) pour justifier ses malformations)

Les comics fournissent les exemples les plus extrêmes, presque caricaturaux, de héros (Superman) et de méchants (pensons notamment au Bouffon Vert et à Magneto qui s'opposent respectivement à Spider-Man et aux X-Men). Un autre exemple flagrant est celui des films d'horreur, où, bien souvent, les méchants peuvent davantage être considérés comme les héros que les « gentils » eux-mêmes.

La scission bien / mal équivalente à l'opposition gentil / méchant n'est pas un concept nouveau : voir l'article détaillé manichéen (adjectif descriptif de cette opposition). Par contre, certaines œuvres naviguent entre les deux, comme dans le film Heat où le méchant (incarné par Robert de Niro) semble paradoxalement posséder plus de bons sentiments que le gentil (incarné par Al Pacino).

Le terme « méchant » faisant un peu enfantin pour certains, il est parfois remplacé par « antagoniste » ou « ennemi ».

Un méchant particulièrement important par rapport aux autres est couramment appelé Archennemi.

Sommaire

Les méchants au cinéma

Avant l'apparition du cinéma sonore, les personnages méchants se devaient de pouvoir être reconnus à leur seule apparence, ce qui explique la création de personnages au faciès et à l'allure stéréotypés pour représenter le mal. Les caractéristiques des méchants de cinéma sont devenues traditionnelles : vêtements noirs (chapeau, cape...), visage mal rasé, traits accusés et dénotant souvent une certaine colère. Le code Hays qui gouverne le cinéma hollywoodien jusqu'en 1968, impose même de pouvoir discerner clairement les personnages bons des méchants, afin que les spectateurs puissent aisément savoir sur quel personnage prendre exemple. Les cow-boys des westerns portent donc des chapeaux blancs ou des chapeaux noirs, selon qu'ils sont bons ou méchants (devenus bruns lorsque certains gentils ont commencé à emprunter des traits aux méchants (Clint Eastwood bien que gentil, est souvent impitoyable, dur et intéressé).

Les différents types de méchants

Persistance

Dans le cadre d'une série ou d'une saga, le premier critère de distinction des méchants est leur réutilisation : comme l'explique Gotlib dans ses Trucs-en-vrac, il ne faut jamais tuer un ennemi mortel, mais seulement que le héros le croie mort (le lecteur pouvant pour sa part savoir ou non à la fin de l'épisode que sa mort n'est pas certaine).

Cette blague de Gotlib n'est pas vraie dans toutes les séries. En fait, on peut distinguer :

  • Les héros qui combattent un méchant différent à chaque épisode (par exemple Sherlock Holmes ou Tom Ward dans la série de livre "épouvanteur")
  • Les héros qui n'ont qu'un seul adversaire, jamais tout à fait neutralisé (Blake et Mortimer s'en approchent avec Olrik)

La plupart des séries sont quelque part entre ces deux extrêmes (par exemple Tintin). Une autre possibilité est de mêler les deux : les Power Rangers par exemple, détruisent définitivement dans chaque épisode un méchant, mais seulement un serviteur créé pour l'occasion par les méchants principaux qui eux, ne se risquent pas au combat. Un autre exemple, récurrent dans les comics, est lorsque l'identité du méchant est reprise par un autre après sa mort : ainsi, dans Spider-Man, après la mort apparente de Norman Osborn, le premier Bouffon Vert, plusieurs personnages, dont son fils Harry, se sont succédé dans le costume du Bouffon.

La capacité de certains méchants à réapparaître alors qu'ils étaient supposés morts est même devenu un sujet de plaisanterie interne dans certaines séries, par exemple Magnéto dans X-Men.

Types de méchant

Les méchants se classent également selon leur statut, chef ou suiveur. Les idéaux types majeurs sont :

  • Le seigneur maléfique : Il désire conquérir la Terre, voire l'Univers, pour assouvir son appétit de puissance. Il est si profondément ancré dans le Mal qu'il ne peut être jamais ramené à la raison. Ce type de méchant est très récurrent dans la fantasy et la science-fiction, et constitue souvent le méchant principal. Dans cette catégorie sont inclus l'Empereur Palpatine/Dark Sidious (Sidious, l'architecte de la Guerre des clones, entre également dans la catégorie des génies du mal), Sauron (qui fait aussi partie de la catégorie des déchus), Voldemort, Trigon, Mégatron, Ganondorf, Bowser, Phobos, Vysserk Trois, Vilgax ou encore Anubis dans la série Stargate SG-1.
  • Le Génie du mal : personnage extrêmement intelligent et ambitieux, il use de son intelligence pour organiser des plans complexes destinés souvent à manipuler le héros ou à réussir un grand crime (classiquement conquérir le monde). Fantômas et le Professeur Moriarty figurent parmi les exemples les plus célèbres.
  • Le déchu : Il s'agit d'un ancien puissant gentil tourné vers le mal, non pas comme traître mais ayant succombé (ce qui inclut la possibilité qu'il se rachète par la suite). Dark Vador est un parfait exemple, ayant été perverti par Palpatine. William Dunbar a été possédé par XANA; les personnages d'Archaon dans Warhammer et de Horus dans Warhammer 40000 ont été corrompus par les Dieux du Chaos; Murtagh dans la trilogie d'Eragon a été soumis de force par Galbatorix, qui lui-même a perdu la raison suite à la mort de son premier dragon; Double-Face dans Batman a été rendu fou par sa défiguration; Herbert de Vaucanson (dans la BD Donjon) a été habité par l'Entité Noire, qui l'a changé d'un personnage sympathique en dictateur sinistre. De même, Sarah Kerrigan dans Starcraft est devenue maléfique suite à son infestation par les zergs (alors qu'elle était plus scrupuleuse avant), et n'a donc pas trahi les siens.
  • Le traître : contrairement au précédent, celui-là fut un gentil mais a choisi le mal par pure ambition personnelle. Dans cette catégorie sont inclus Brutaka dans Bionicle, Vaati dans The Legend of Zelda et Sinestro dans Green Lantern. Le Traître est souvent un méchant secondaire qui se rallie à la cause du méchant principal (On peut néanmoins citer Aizen dans Bleach dont il est le méchant principal), retournant sa veste par peur de représailles (c'est le cas de Saroumane dans le seigneur des anneaux, Cypher, qui défend la cause des machines dans Matrix, Corso dans Titan A.E.). De même, Orochimaru dans le manga et la série animée Naruto a été banni de son village pour ses recherches interdites perdant ainsi sa renommée de ninja. Il incarne par ailleurs parfaitement l'exemple du méchant pouvant relever de plusieurs catégories, étant également aussi bien un savant fou qu'un traître.
  • Bien intentionné : défend un idéal tel qu'il se trouve dans la zone grise plutôt que dans un classement noir et blanc. Magneto par exemple, se bat pour conquérir le monde parce qu'il pense que seul un gouvernement mutant pourra empêcher la Shoah de se reproduire (il est un survivant d'Auschwitz), envers les mutants. Or certaines menaces que combattent les héros semblent lui donner raison, tout comme certains futurs parallèles. C'est aussi le cas de Light Yagami alias Kira, qui use de son Death Note pour tuer tous les criminel et créer un monde parfait dont il serait le dieu (On peut aussi le voir comme un génie du mal en raison de sa grande intelligence, tout est question de point de vue...). De même, Zhuquaimon dans Digimon Tamers veut détruire les humains parce qu'il croit qu'ils sont une menace pour les digimon, et que leur destruction facilitera celle du D-Reaper. Ou encore Raoh dans Hokuto no ken qui pense qu'en dominant le monde d'une main de fer il ramènera l'ordre sur terre, ce qui convainc certaine personne qu'il est le sauveur du monde.
  • Cosmique : au-delà du bien et du mal, sans âge, les vies humaines le concernent autant que celles des fourmis concernent les humains. Galactus exprime lui-même cette caractéristique tout comme Boo de la série Dragon Ball, qui trouve plaisir à semer un effroyable chaos partout où il passe. Crayak (dans Animorphs) a lui aussi été mentionné être "aux hommes ce que les hommes sont aux fourmis". Mais aussi les Grands Anciens de Lovecraft ou les hommes du pillier dans la seconde partie de JoJo's Bizarre Adventure.
  • Le « bête-et-méchant », à la fois maladroit, mesquin, souvent teigneux et surtout sans aucun « charisme » : le cas typique étant certainement celui des Dalton (surtout Joe) dans Lucky Luke, mais on peut songer aussi à Vil-Coyote dans Bip-Bip, ou le chat Sylvestre dans « Titi », Iznogoud dans la série du même nom (bien qu'il soit le « héros »), ou encore Hadès le dieu des enfers dans le film d'animation de disney Hercule. Un autre exemple intéressant est le trio de la Team Rocket dans Pokémon. Le capitaine Harris dans Police Academy est aussi un bon exemple de ""bête et méchant". Rastapopoulos dans Tintin, entre dans cette catégorie dans l'album Vol 714 pour Sydney alors que dans les autres albums, il est plutôt concidéré comme un génie du mal.
  • L'intelligence artificielle : création humaine ou autre, cette machine s'est rebellée contre son créateur, soit à cause d'un dysfonctionnement, soit pour des raisons inconnues, soit parce qu'elle a atteint un niveau d'intelligence tel qu'elle estime ne plus devoir obéir à quiconque. Il s'agit en général d'un personnage sans vrai corps, qui n'agit que rarement lui-même, mais qui possède une très haute intelligence. Dans cette liste sont inclus Skynet (Terminator), XANA (Code Lyoko), HAL 9000 dans 2001 : l'odyssée de l'espace, les cyborgs C-17, C-18 et Cell dans Dragon Ball Z, VIKI dans I, Robot, le D-Reaper dans Digimon Tamers et le MCP dans Tron.
  • Le double maléfique : personnage possédant de nombreux points communs avec le héros, que ce soit en termes de pouvoirs ou de personnalité, ce qui fait de lui un véritable double du héros, si ce n'est qu'il est mauvais. Il peut avoir un caractère similaire à celui du héros, mais en détourné, ou au contraire une personnalité totalement opposée. Ainsi, Venom (cité précédemment) est une véritable version maléfique de Spider-man; Kevin 11, durant l'épisode ou il acquiert les mêmes pouvoirs que Ben 10, peut aussi faire un exemple; Sinister Mask est un exemple encore plus typique, dans le sens où il est carrément une version alternative du héros Myster Mask, venu d'une réalité ou tout est inversé. on peut aussi citer Killer Moth (qui se veut un "anti-Batman"), Dark Danny (double mauvais du futur de Danny Fantôme), Wario (sosie mauvais de Mario).
  • Le fou-furieux : devenu fou ou psychopathe suite à un accident ou autre (ou tout simplement pour des raisons inconnues), il se contente le plus souvent de tuer et de détruire tout sur son chemin sans réfléchir y prenant un plaisir cruel. Néanmoins ce n'est pas le cas de tout les méchants de cette catégorie par exemple Kira Yoshikage dans la quatrième partie de JoJo's Bizarre Adventure lui est un serial killer mais il ne tue que quand c'est nécéssaire pour assouvir ses pultions meutrières ou conserver son identitée secrète. Ce genre de personnage, dont font partie les tueurs de films d'horreur et slashers, comprend Rampage (Animutants), Le Joker, Carnage, Freddy Krueger, Jason Voorhees ou encore Jack Torrance. Autre exemple, le lieutenant Coffey (Michael Biehn) dans Abyss, devient mauvais à cause d'une mauvaise décompression dans la salle prévue à cet effet et croit qu'il doit continuer sa mission suicide, même si pour cela, il condamne les héros du film.
  • Condamné par sa nature : les Yirks, ennemis des Animorphs, sont des parasites au sens biologique du terme. Ils ne sont donc pas volontairement méchants, mais leur nature les oblige à se développer au détriment d'autres espèces. De même, les Xénomorhes ne sont vraisemblablement pas vraiment mauvais, mais doivent tuer pour se reproduire, puisque leurs embryons se développent à l'intérieur d'organismes d'autres espèces. On peut également citer les Wraith dans la série Stargate Atlantis, ils ôtent la vie de millions d'humains dans la galaxie de Pégase, mais y sont "obligés" car c'est leur source de nourriture. Dans le film incassable Elijah Price, victime d'une ostéogénèse imparfaite, recherche un homme qui est son opposé génétique : un homme "Incassable". Pour cela il commet des attentats en espérant trouver un survivant miraculeusement indemne.
  • Le Serviteur fidèle : Méchant secondaire, il sert loyalement et fidèlement le méchant principal, obéissant scrupuleusement à ses ordres. Parfois, c'est par peur de son maître et du châtiment encouru en cas de désobéissance (Le Chevalier de l'Horreur est dans cette position face à Pariah Dark), ou bien le serviteur est sincèrement loyal à son maître, les raisons pouvant être multiples. Le serviteur suit les idéaux de son maître, ou bien le maître lui a rendu un service par le passé et le serviteur veut être "redevable", ou bien le serviteur est ambitieux et veut profiter du pouvoir du maître. On peut citer Teru Mikami du manga Death Note, fidèle serviteur de Kira, alias Light Yagami. Le Deceptican Lugnut est un autre bon exemple dans Transformers: Animated, avec sa dévotion excessive envers Mégatron.
  • L'égoïste : un type de méchant très classique, particulièrement chez les super-vilains. Ce méchant possède en principe des pouvoirs ou un autre don hors du commun, mais, à l'opposé du héros, il considère que, étant l'un des seuls à posséder de telles capacités, il devrait utiliser ses pouvoirs dans son propre intérêt plutôt que celui des autres. Mike Morningstar est un exemple typique, ou bien même Sylar de la série Heroes.

Quelques exemples de méchants

Le mythe du grand méchant loup et du croquemitaine

L'apparition vedette du grand méchant loup, personnage récurrent des contes, est celle du « Petit Chaperon rouge ». On retrouve également ce type de personnage cruel à la poursuite de l'enfant sans défense, avec l'ogre ou le croquemitaine, dans le but d'éveiller la méfiance des enfants ou de les rendre plus dociles. Le Père Fouettard, antithèse du Père Noël, en est un autre exemple.

Par la suite dans des contes modernes, comme la tétralogie d'Alien (au moins le premier Alien — Le huitième passager) ou la série des Dents de la mer (initiée par Steven Spielberg en 1975), le méchant est un être terrifiant, et la peur qu'il engendre vient de son caractère monstrueux et bestial. Le spectateur de ces films adopte le point de vue d'un enfant désarmé que les évènements dépassent, face à un ennemi physiquement plus grand et plus fort que lui.

Du point de vue scénaristique, la substitution du personnage méchant par un monstre bestial ne se traduit pas par l'absence d'un traître dans les rangs mêmes des dits bons : la série Alien en est symptomatique avec les rôles du médecin de bord ("synthé") et du conseiller de la Compagnie dans les deux premiers films. Par sa trahison potentielle, le méchant s'avère plus dangereux que les monstres antagonistes aux héros.

Le tueur des slasher movies

Les méchants de films comme Vendredi 13 ou Scream sont des assassins, souvent masqués et qui tuent leurs victimes à l'arme blanche. En réalité ces personnages ne sont pas vraiment des méchants à la personnalité très consistante ; dans les slashers, c'est l'ambiance qui contribue à distiller un sentiment d'angoisse chez les spectateurs, pas la personnalité du tueur.

D'ailleurs, certains des tueurs de ce type de film ne sont pas en eu même des méchants comme dans, par exemple, "Massacre à la tronçonneuse" ou l'on se rend compte qu'en réalité Thomas Hewitt est maltraité et influencé par sa famille. Thomas Hewitt ne fait qu'obéir aveuglement à sa famille. Particulièrement à son oncle: le sherif Hoyte.

Le Gritche et Terminator

Dans le roman de science-fiction Hypérion (Dan Simmons, 1989-1990) le Gritche est un monstre mécanique à la poursuite des personnages principaux. Ses pouvoirs lui permettent de se déplacer dans le temps et dans l'espace, ce qui en fait un ennemi redoutable. Rien ne semble capable de le détruire, il semble fait d'une armure indestructible. Remarquons l'analogie qui peut être faite avec le personnage incarné par l'actuel gouverneur de la Californie, Arnold Schwarzenegger, dans la série des trois films Terminator (initiée en 1984 par James Cameron) : un monstre mécanique venant du futur et qui devient un protecteur du héros dans les suites. Il s'agit donc, dans ces deux cas, d'un « gentil méchant » : un être méchant dont la nature évolue avec le temps.

Le Joker

Le Joker est le premier des ennemis de Batman, le héros de comics ; il apparaît dans plusieurs épisodes des aventures de Batman écrites par des auteurs différents qui lui donnent des origines ne coïncidant pas toujours. Le personnage avoue lui-même dans The Killing Joke d'Alan Moore qu'il se souvient de tellement de versions de son passé qu'il ne sait plus discerner la vraie.

Dans le film Batman de Tim Burton (1989), c'est Batman lui-même qui est à l'origine de la chute du bandit Jack Napier dans une cuve de produits chimiques, chute conjuguée à un coup de feu dans le visage qui le défigurent totalement. C'est à partir de cette chute que Jack Napier devient le Joker, c'est-à-dire que le méchant du film devient super-méchant. Batman est donc en quelque sorte responsable du mal que fait le Joker par la suite. Mais en parallèle, on apprend vers le milieu du film que le Joker est responsable de la mort des parents de Bruce Wayne. Or, cet évènement est l'acte fondateur de la transformation de Bruce Wayne, celui qui le pousse à revêtir un costume de justicier dans les rues de Gotham City. Il s'agit donc d'une création réciproque entre le gentil (le super-héros) et le méchant. Bien que le Joker, excentrique, habillé de couleurs vives, pervers, fourbe et machiavélique soit l'antithèse totale de Batman, le héros intègre habillé de noir, animé d'un profond sentiment de justice, les deux personnages se sont créés l'un l'autre, ce qui ne manque pas d'ironie.

Dans Batman; The Dark Knight (2008) de Christopher Nolan, Batman (Christian Bale) est confronté à un nouveau criminel, le Joker (Heath Ledger). Dans cette nouvelle adaptation de Batman, le Joker est un petit criminel sans identité, sans passé, inconnu, qui arnaque même les plus grands criminels. Passé maître dans l'art de la manipulation, le Joker, un psychopathe associé d'un mythomane possédant une grande intelligence, parvient à pénétrer à l'intérieur d'un conseil de bandes réunissant les plus grands criminels de Gotham. Leur faisant réaliser que Batman est leur véritable problème, le Joker leur propose d'éliminer Batman à leur place. En échange, il désire la moitié de leur fortune... Loin de faire l'unanimité, le Joker parvient néanmoins à vaincre l'opposition... Devenu maître chanteur, mais homme de parole, le Joker promet de tuer une personne par jour jusqu'à ce que Batman dévoile sa véritable identité. Face au dilemme, Bruce Wayne, qui espère sauver d'innocentes victimes, mais aussi de pouvoir mener une vie normale, pense se dévoiler et se rendre aux autorités (on l'accuse d'être un hors la loi, même s'il aide la police). Des trois prochaines victimes que se propose de tuer le Joker, il y a une juge, le commissaire de police et Gotham et le procureur Harvey Dent (Aaron Eckhart). Il arrivera a persuade ce dernier que le commissaire Gordon est responsable de la mort de sa petite amie Rachel et de sa semi-défiguration. Il se met alors sen tête de prouver que tout le monde est aussi fou que lui et installe des bombes sur deux ferries et confie le détonateur au bateau d'à côté. Mais son plan échouera et il sera arrêté par Batman et confié à l'asile d'Arkham.

Parmi les objectifs du Joker dans The Dark Knight, on retrouve aussi le fait qu'il cherche à prouver que l'homme à l'état de presque nature est mauvais, donc à son image, et qu'il tente simplement de cacher ce "mal" grâce à la civilisation. En instaurant un règne de Terreur dans Gotham City, il veut inciter les citoyens à revenir à leur "véritable nature" et déchainer le chaos. Cet objectif a souvent été simplifié au fait qu'il voudrait montrer que le monde est aussi fou que lui-même.Un autre intérêt de cette nouvelle version de Joker est qu'il représente à la fois le mal absolu et qu'il se prétend nécessaire à l'équilibre de Gotham City. En effet, il n'apparait qu'après les premiers exploits de Batman. Là où dans la version de Tim Burton le Joker est créé par accident en même temps de l'apparition du Batman, le Joker de Nolan est un méchant théâtral ne suivant pas les règles habituelles car il existe un héros théâtral ne respectant pas les lois. Il avoue même lors de la célèbre scène de l'interrogatoire qu'il n'a aucune envie de tuer Batman, cela romprait l'équilibre. Cette vision est inspiré du Dark Knight Returns de Franck Miller.Une autre particularité de ce personnage très complexe est qu'il garde ses origines secrètes en dévoilant plusieurs fausses pistes. Il raconte ainsi deux histoires différentes dans le film et s'apprêtait aussi à en inventer une autre. Cela souligne le fait qu'il représente le mal suprême, qui peut naitre à chaque instant n'importe où. Le Joker se présente ainsi non plus comme "un" méchant mais comme l'incarnation de tous les types de méchant.

James Bond

Les nombreux films réalisés autour du célèbre personnage de Ian Fleming nommé James Bond reposent pour la plupart sur des schémas narratifs très codifiés : un des ressorts récurrents est la présence d'un méchant généralement très riche, fou, inquiétant et mégalomane, qui menace le monde entier grâce à l'utilisation de technologies de pointe. Il est souvent dit d'un film de James Bond que sa qualité est mesurable à celle de son méchant (déformation d'une citation attribuée à Alfred Hitchcock). Celui-ci est généralement secondé par des hommes de main brutaux ou tout autant inquiétants et il est souvent en relation avec de belles femmes qui finissent par se laisser séduire par James Bond — trahison qui cause l'échec final et la perte du méchant.

Voir également l'article Liste des méchants de James Bond.

Les acteurs de méchants célèbres au cinéma

De nombreux acteurs de renom ont joué, de manière plus ou moins récurrente, des rôles de méchants : citons entre autres Jack Nicholson, John Carradine, Lee Van Cleef, Basil Rathbone, James Mason, Anthony Hopkins, Peter Lorre, Vincent Price, Ernest Borgnine, Max von Sydow, Klaus Kinski, Donald Pleasance, Christopher Lee, Christopher Walken, Michael Ironside, David Warner, Malcolm McDowell, John Malkovitch, Gary Oldman ou Kevin Spacey.

Quelques autres méchants types

Le rôle du méchant est parfois tenu par des animaux, par exemple dans les films de monstre(s), ou dans les films mettant en scène une catastrophe naturelle.

On citera :


Voir aussi

.

 

todas las traducciones de MECHANT


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

Investigaciones anteriores en el diccionario :

5206 visitantes en línea

computado en 0,203s

   Publicidad ▼

   Publicidad ▼