» 
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita
alemán árabe búlgaro checo chino coreano croata danés eslovaco esloveno español estonio farsi finlandés francés griego hebreo hindù húngaro indonesio inglés islandés italiano japonés letón lituano malgache neerlandés noruego polaco portugués rumano ruso serbio sueco tailandès turco vietnamita

definición - Maurienne

Maurienne (n.prop.)

1.vallée des Alpes françaises (Savoie); voie de passage entre la France et l'Italie. Hydroélectricité; électrométallurgie.

   Publicidad ▼

definición (más)

definición de Maurienne (Wikipedia)

frases

-Accords de Saint-Jean-de-Maurienne • Aire urbaine de Saint-Jean-de-Maurienne • Aix Maurienne Savoie Basket • Archidiocèse de Chambéry, Maurienne et Tarentaise • Arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne • Canton de Saint-Jean-de-Maurienne • Canton de Saint-Michel-de-Maurienne • Catastrophe ferroviaire de Saint-Michel-de-Maurienne • Communauté de communes Cœur de Maurienne • Communauté de communes Maurienne-Galibier • Communauté de communes Porte de Maurienne • Communauté de communes de Haute Maurienne-Vanoise • Comté de Maurienne • District de Saint-Jean-de-Maurienne • Gare de Saint-Jean de Maurienne - Vallée de l'Arvan • Les Chavannes-en-Maurienne • Ligne de la Maurienne • Liste des évêques de Saint-Jean-de-Maurienne • Maurienne Savoie Basket • Mont Charvin (Maurienne) • Saint-Jean-de-Maurienne • Saint-Michel-de-Maurienne • Saint-Rémy-de-Maurienne • Société d'histoire et d'archéologie de Maurienne • Évêché de Saint-Jean-de-Maurienne

   Publicidad ▼

diccionario analógico

Maurienne (n. pr.)


Wikipedia

Maurienne

                   
Maurienne
Haute-Maurienne (Avrieux).JPG
Vue de la vallée depuis le fort Marie-Christine (Avrieux)
Massif Alpes
Pays Drapeau de France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Coordonnées géographiques 45° 12′ Nord
       6° 40′ Est
/ 45.2, 6.667
45°12′N 6°40′E / 45.2, 6.667 

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Maurienne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Maurienne
Orientation sud-ouest puis nord-ouest
Longueur 130 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Arc
Voie d'accès principale A 43, D 1006 (ex N 6), D 902

La Maurienne est une vallée intra-alpine française où s'écoule la rivière de l'Arc. Située dans le département de la Savoie, elle correspond à l'ancienne province homonyme du Duché de Savoie.

Sommaire

  Géographie

Elle correspond à l'une des grandes vallées transversales des Alpes. La rivière qui a modelé cette vallée après la dernière glaciation est l'Arc. La vallée commence au hameau de l'Écot (commune de Bonneval-sur-Arc) au pied du col de l'Iseran près de la frontière italienne, et se dirige ouest-sud-ouest avant de remonter ouest-nord-ouest à partir de Modane ; elle se termine à Aiton où l'Arc rejoint l'Isère.

Il n'y a pas à proprement parler de massif de la Maurienne : la Maurienne est bordée au nord (rive droite) par le grand massif de la Vanoise, et la chaîne de la Lauzière, et au sud (rive gauche) par les Alpes grées, le massif du Mont-Cenis, des Cerces, des Arves, des Grandes Rousses et de Belledonne

Les grands cols alpin qui partent de la vallée sont :

On distingue traditionnellement deux ensembles géographiques : la Basse-Maurienne (partie basse de la vallée, plus large) et la Haute-Maurienne (partie haute), commençant après la barrière de l'Esseillon, ouvrant sur la haute vallée de l'arc.

  La Haute-Maurienne

  Vue de la vallée de Haute-Maurienne depuis les hauts de la station de La Norma au-dessus de Modane et Avrieux.

On appelle Haute-Maurienne la haute vallée de l’Arc, qui longe la frontière italienne sur environ 45 kilomètres dans la région du Mont-Cenis. La région est connue depuis la plus haute antiquité et on y trouve de nombreux vestiges d’occupation humaine au paléolithique et plus récemment. La Haute-Maurienne commence en amont de Modane pour les spécialistes de géographie humaine, tandis que les spécialistes de géographie physique situent l'entrée de la Haute-Maurienne au verrou glaciaire de l'Esseillon, au niveau d'Aussois. Quant aux économistes, ils attachent Modane à la Haute-Maurienne puisque la ville dispose d'une influence très forte sur les villages de Haute-Maurienne, notamment en raison d'équipements comme sa gare SNCF ou son collège.

Modane, dernière ville de la vallée (selon la définition INSEE), est une ancienne ville frontière, située au débouché des tunnels ferroviaires et routier du Fréjus et dominée par la station de Valfréjus.

Les villages, en remontant la vallée, sont :

Environ 5 000 habitants permanents, et environ 15 000 personnes en hiver.

Une bonne partie de la Haute-Maurienne est incluse dans le parc national de la Vanoise, premier Parc National en France (1963) qui touche le parc national italien du Grand Paradis. Population importante de bouquetins et chamois. Présence d’aigle royal et réintroduction récente du gypaète barbu. Il semble que le loup ait atteint la région depuis 5 ans.

  Histoire

  Étymologie

Le nom Maurienne ne trouve pas son origine dans le mot « Maure », relatif aux incursions du Xe siècle des Sarrasins. Mentionné par Grégoire de Tours au VIe siècle, il est plutôt un dérivé du latin Malus Rivus, mauvais ruisseau, qui a évolué en mau riou/rien[1],[2]. En effet, la rivière de l'Arc est connue pour ses crues.

  Blason de la Maurienne : d'or à l'aigle éployée de sable, languée et onglée de gueules, à la tour de gueules en pointe

  Héraldique

d'or à la tour de gueules maçonnée de sable mouvant de la pointe, sommée d'un aigle issante couronnée aussi de sable ou d'or à l'aigle éployée de sable, languée et onglée de gueules, à la tour de gueules en pointe

  Histoire de la province

La Maurienne est une vallée géostratégique qui eu une importance à chacune des périodes de l'histoire de la Savoie.

  Protohistoire

Il faut attendre la fonte des grands glaciers alpin et surtout le néolithique pour que s'installe les premiers individus dans la vallée de Maurienne. On peut observer ainsi sur le territoire de la commune de Lanslevillard, des mégalithes comme celle de la Pierre aux Pieds (à plus de 3 000) et la Pierre de Chantelouve. Par ailleurs, dans l'ensemble de la vallée, on retrouve des pierres gravées ou des peintures rupestres comme celle de Bessans ou de l'Arcelle près du Mont-Cenis. Sur le village de Sollières, les archéologues ont trouvé, après une découverte hasardeuse en 1972, sur le site des Balmes (grotte située à 1 300 m), une nécropole, indiquant une occupation de -2900 à la fin de l'âge du fer[3].

  Antiquité

Avant l'incorporation dans le monde romain, la Maurienne est peuplée de Médulles (peuple gaulois) habitant la partie moyenne et basse de la vallée. La Haute-Maurienne est habitée par les Graiocèles dont le chef-lieu Ocellum pourrait être localisé sur la commune d'Aussois. En -16, l'ensemble de la vallée est intégrée à la province des Alpes Cottiennes avec pour capitale Suse (le roi Cottius devient préfet de la province).

  Moyen Âge

Article détaillé : Comté de Maurienne.

La cité de Saint-Jean-de-Maurienne reçoit de sainte Thècle, au VIe siècle, des reliques de Jean le Baptiste (trois doigts de la main). À cette occasion, Gontran, roi de Bourgogne, élève une cathédrale dédié à Jean le Baptiste, en 565 ou 574, marquant le début de l'évêché. Au-delà de l'aspect spirituel, Gontran soustrait la vallée à l'autorité de l'évêque de Turin, prenant ainsi le contrôle sur les vallées de Suse et de Briançon. Cette politique lui permet de contrôler les vallées alpines entre son royaume et les territoires lombards, de la plaine du .

Au milieu du Xe siècle un groupe de Sarrasins venus du Fraxinet, dans les environs de l'actuelle Saint-Tropez, s'établit dans les Alpes et notamment dans la vallée de l'Arc. Envoyés par le roi Hugues qui a conclu un traité avec les Sarrasins, ils devaient essentiellement empêcher toute invasion ennemie, principalement en provenance de son rival le roi d'Italie Bérenger[4]. Une partie des Sarrasins quitteront la région, une seconde sera vaincue lors de la bataille de Tourtour et enfin une troisième s'installera dans la région. « Le temps et d'innombrables mélanges de populations firent les reste : lentement, au fil des générations, le contingent sarrasin se dissout ainsi dans la population provençale »[5].

Lors du passage de Charlemagne en Savoie, celui-ci divise le territoire en comtés, dont celui de Maurienne. Ce dernier est donné, avec le Traité de Verdun (843), à Lothaire jusqu'à son incorporation au nouveau royaume de Burgondie septentrionale. Vers 1003, un seigneur du nom d’Humbert, surnommé Blanches-mains (affiliée à la puissante famille comtale d’Arles, marquis de Provence et parent de nombreux haut dignitaire du clergé), apparaît. Seigneur de fiefs en Genevois, en Tarentaise, en Val d’Aoste (1034), dans le Viennois et la vallée du Rhône, il obtient le titre de comte (sans précisions) puis celui de comte en Maurienne en 1043. Sa descendance obtient en 1143 le titre de comte de Savoie qui sera une dynastie - la Maison de Savoie - importante au niveau européen au cours de l'histoire.

Bien que la capitale soit transférée à Chambéry en 1232, la cité de Saint-Jean-de-Maurienne maintient le statut de capitale provinciale avec le siège de l'évêché.

Les familles seigneuriales sont nombreuses sur les terres de Maurienne. L'article "Observations sur quelques anciens titres conservés dans les archives des communes de la province de Tarentaise" (in Mémoires de l'Académie de Savoie, tome VIII, Chambéry, 1837, pp. 91-148) rappelle quelques noms de grandes familles des XIII et XVe siècles :

  • les seigneurs de La Chambre, vicomte de Maurienne Blason ville fr La Chambre (Savoie).svg ;
  • la famille de Luciane, château à Saint-Martin-de-la-Porte ;
  • la famille des Hurtières, de Urteriis, qui se serait confondue avec les sieurs de Miolans au XIVe siècle, sur Saint-Georges-des-Hurtières ;
  • la famille de Tigny, de Tigniaco (disparu au XIVe siècle, paroisse du Châtel ;
  • la famille des nobles Pallueli de La Rochette, Palueli de Rupeculâ ;
  • la famille de Sallières d'Arves, communes de Saint-André, du Freney et des Fourneaux ;
  • la famille des Colonnes, de Colompnis, au village des Colonnes, paroisse de Saint-Pancrace ;
  • la famille des Côtes, de Costis, paroisse de Saint-Pancrace ;
  • la famille de La Balme, avec un château à Montvernier ;
  • la famille de Seyssel, vicomtes de Maurienne
  • la famille d'Albiez, de Albiaco, château à Albiez-le-Vieux ;
  • la famille du Pont avec des biens à Saint-Michel-de-Maurienne ;
  • la maison de La Place, de Plateâ ;
  • la famille de Cuines, de Cuynâ ;
  • la famille des nobles Vallin, château sur le territoire de Fontcouverte.

Ce document ne dit rien sur les Montmayeur plus implanté dans le sud de la vallée, à la limite de la Savoie Propre (Comté de Savoie).

  Moderne

  Contemporaine

  Aventure de la houille blanche

  Redynamisation de la vallée

  Folklore et traditions

  • Le costume traditionnel mauriennais que portaient au XIXe siècle les habitants de la vallée pour aller à la messe entre autres, est toujours à l'honneur lors des grandes fêtes de village ou du rassemblement annuel.
  • La tradition du 15 Août à Bramans en Haute-Maurienne est une fête qui se perpétue depuis l'époque païenne[réf. nécessaire]. Dans un premier temps par une procession avec la bénédiction d'une pyramide de pain à l'anis et au safran, fleurie de fleurs des champs. Puis tout ceci accompagné dès l'annexion de la Savoie à la France en 1860, par la clique des sapeurs pompiers, créée dès le retour de l'armée napoléonienne des villageois. Aujourd'hui, chaque année les femmes en costume traditionnel et les pompiers défilent le matin accompagnant au travers des rues du village le pain fleurie et la vierge Marie. Dans les années 1990, la fête continue l'après-midi du 15 Août avec des animations de rue où les villageois font revivre les métiers et traditions d'antan.

  Administration

La capitale historique de la Maurienne est Saint-Jean-de-Maurienne, au confluent de l'Arc et de l'Arvan.

La Maurienne correspond à l'arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne rassemblant les cantons de :

  Principales villes

  Activités

  Transport

  Industrie

  • Développement industriel dès la fin du XIXe siècle avec le développement de la houille blanche, puis l'installation de grands groupes électrochimiques et électrométallurgiques (Pechiney).

  Hydroélectricité

La vallée de Maurienne possède de nombreuses infrastructures hydroélectriques (barrages).

  Tourisme

De nombreuses stations de sports d'hiver émaillent la vallée, depuis la petite station village tel Albiez-Montrond, où fut créé le célèbre Opinel dans les années 1890 à la station de 3e Génération créée de toutes pièces dans les années 1970 tel Le Corbier et Les Karellis.

Stations de ski :

Une partie du Parc National de la Vanoise, créé en 1963.

  Agriculture

  • Fromage (AOC Beaufort), appellations plus rares comme le bleu de Termignon ou le bleu de Bonneval
  • Le safran de Maurienne réintroduit dans la vallée depuis 2008
  • Persan et blanc de Maurienne : deux cépages autochtones, dont la première vendange a eu lieu en 2010

  Lieux et monuments

Les pays de Maurienne et Tarentaise sont classées pays d'art et d'histoire.

  • La barrière de l'Esseillon entre Aussois, Bramans et Avrieux, une série de cinq forts construits par le royaume de Piémont-Sardaigne entre 1818 et 1830 pour protéger le Piémont d'une invasion française. Les forts, édifiés selon les principes de l'ingénieur militaire Marc-René de Montalembert (la fortification « perpendiculaire ») portent les noms des princes de la Maison de Savoie : Charles-Albert, Marie-Christine, Charles-Félix, Victor-Emmanuel et Marie-Thérèse.
  • Les chemins du Baroque de Maurienne : église et monuments décorés avec un style Baroque, Musée du Baroque à Lanslebourg.
  • La cité épiscopale de Saint-Jean-de-Maurienne, avec son palais des évêques qui abrite le musée des costumes, d'archéologie, d'arts et traditions populaires ; sa crypte des débuts de l'art roman, sa cathédrale, son cloître et ses stalles du XVe siècle.
  • L'AURA de Maurienne à Sainte-Marie-de-Cuines : inaugurée en 2007, composée de 42 000 œuvres individuelles en aluminium gravé pour une superficie de 5 000 m2, l'AURA est considérée comme l'une des plus grandes créations collectives au monde[6],[7],[8],[9].
  • Sur la commune d'Aussois le parc archéologique des Lozes expose des gravures rupestres à même le sol le long d'un parcours touristique.
  • Le chemin d'Hannibal à Bramans : sentier de randonnée empruntant les trace du guerrier Hannibal, de ses 38 000 hommes et de ses 37 éléphants, partis conquérir Rome en 218 av. J.-C. via le col Clapier et le vallon de Savine[réf. nécessaire] avant de redescendre vers Giaglione en Italie.

  Parrainages

  • Trains

De 1926 à 1976, toutes les locomotives (telles les CC 7100 et CC 6500) équipées spécifiquement pour capter le courant par un troisième rail sur la ligne Chambéry-Modane étaient surnommées « Maurienne ».

La rame TGV Sud-Est n°68 porte le blason de la ville de Modane.

La locomotive BB 22287 porte le blason de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne.

  • Armée de l'air

Un escadron d'hélicoptères, autrefois stationné sur la base aérienne de Chambéry, porte le nom de Maurienne.

  Notes et références

  1. Stéphanie George, Isabelle Desse, Avrieux, 1000ans d'histoire
  2. Jean Prieur, La province romaine des Alpes cottiennes, Villeurbanne, R. Gauthier, 1968, p. 61
  3. Sabaudia.org
  4. Philippe Sénac, Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe siècle au XIe siècle, Sycomore, 1980, pp.52-53
  5. Philippe Sénac, Musulmans et Sarrasins dans le sud de la Gaule du VIIIe siècle au XIe siècle, Sycomore, 1980, p.57
  6. Lien-social n° 671, 26 juin 2003
  7. Le Dauphiné Libéré, 28 août 2010
  8. Le Guide du Routard Alpes
  9. La Dépêche, 24 septembre 2007

  Voir aussi

  Articles connexes

  Bibliographie

  Liens externes

  • Le site Sabaudia.org (3 dossiers consacrés à la vallée)
   
               

 

todas las traducciones de Maurienne


Contenido de sensagent

  • definiciones
  • sinónimos
  • antónimos
  • enciclopedia

  • définition
  • synonyme

   Publicidad ▼

Investigaciones anteriores en el diccionario :

4020 visitantes en línea

computado en 0,047s

   Publicidad ▼

   Publicidad ▼